Pierre Dutertre, terre sensible

Pierre Dutertre aime arriver tôt le matin dans son atelier, s’asseoir devant son tour et s’interroger sur ce que la journée va apporter. « Que vais je faire aujourd’hui ? » est son mantra quotidien. Aucune anxiété cependant dans ce questionnement. L’idée, l’envie vont cheminer et s’imprimer dans le grès, au fil des émotions de cet homme chaleureux, qui aime recevoir, partager et parler de la terre.

Pierre est potier. Il tourne toutes ses pièces et n’utilise pas le moulage, même pour réaliser ses grands panneaux et tuiles qui ornent les murs de la boutique attenante à l’atelier. Le dessin est présent à tous les stades de son travail. Pour déterminer les volumes des pièces, pour les orner aussi. Des volutes, des liens qui se nouent et se défont, des silhouettes, des ombres en transhumance qui traversent de grands plats. On ressent les influences de ses voyages en Asie. Les couleurs sourdes de ses émaux vibrent. Cet ocre, ce cobalt, ce trait qui fait parfois penser à une calligraphie. Une influence qui se mélange harmonieusement à cette terre du sud, qui est celle de son enfance. A la chaleur d’ici. Son travail crée l’émotion, invite à la narration, et Pierre Dutertre est un très bon conteur.

Après nous avoir servi un café fumant, dans un de ses bols, il nous embarque dans un récit aux origines de la céramique, dans ses formes les plus anciennes, les plus brutes. Un  « âge de terre », ou au delà de l’aspect utilitaire, la céramique représente le vivant et le sacré. Il nous entraine dans un exposé fascinant, décrivant les évolutions techniques et artistiques au fil des siècles. Ce savoir, il aime à le partager de façon sensible. Montrer comment tout ce travail s’inscrit dans une filiation si ancienne, qu’il s’applique à patiemment transmettre.

Il a co-fondé et préside Le Printemps des Potiers à Bandol qui depuis trente ans réunit pendant une semaine céramistes et amateurs, autour d’un marché, mais aussi de rencontres, de débats d’ateliers, pour partager ensemble la passion de la céramique.

Il faut rendre visite à ce passeur, membre des Ateliers d’Art de France, dans son atelier varois, qu’il partage avec la céramiste Stéphanie Gamby (dont nous vous parlerons prochainement) et découvrir ses poteries sensibles. Le très joli site Maison Godillot propose aussi une sélection de ses créations, pour ceux qui ne pourraient faire le voyage.

 

1979, route de Sanary
83190 OLLIOULES (Var)

Téléphone : 04 94 63 04 64

Adresse Mail : poterie.dutertre@wanadoo.fr

2 réflexions au sujet de « Pierre Dutertre, terre sensible »

Burois Frédérique - 31 mars 2017

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *